Les bonnes résolutions de début d'année - soyons SMART

Les bonnes résolutions de début d’année – Partie 1: soyons SMART

Un mardi de Janvier, je suis allé à la gym locale. Je participais à un projet dans une petite ville de Moravie du sud. Bien qu’il s’agisse d’une bien petite ville, ils avaient réussi à avoir la seule Arnold’s gym de toute la Tchéquie. De vieilles machines, des haltères, quelques barres olympiques, deux racks, un banc. Tout ce qu’un étudiant de la force, façon vielle école, a besoin.

Mardi était le jour du volume en soulevé de terre, suivi d’un travail du grand écart : 5 séries de 5 répétitions en double pronation, puis travail du grand écart latéral.

Mais suffisamment de palabres sur ma session d’entrainement ennuyeuse et efficace. Ce que je notai surtout était que la gym commençait à être moins remplie qu’une semaine auparavant. Et il y avait beaucoup moins de monde que deux semaines plus tôt. Pas vraiment une surprise : c’est le syndrome de la résolution de début d’année.

Vous le connaissez. Vous êtes probablement tombé dedans. En tout cas, moi, oui ! La fin de l’année s’approche. Nous avons un peu de temps, entre Noël et le jour de l’an pour réfléchir à la manière dont nous avons terminé l’année et ce que nous n’avons encore pas accompli. Quelque chose doit changer. L’année qui vient sera différente.

Quand il s’agit de l’apparence physiques, le but est souvent de perdre cette couche isolante que nous avons tendance à développer autour de notre estomac, ou nos hanches. Hop. En Janvier, je vais aller à la gym 3 fois par semaine, je vais travailler dur et enfin obtenir ma tablette de chocolat. La première moitié de Janvier est pleine de gens hyper-motivés. En Février, seule une poignée de nouveaux inscrits est encore là.

Comment garder les bonnes résolutions ? Comment ne pas abandonner en moins d’un mois ?

Le premier problème est que les gens ont des buts, pas des objectifs SMART. En conséquence, ils n’ont pas de petits objectifs qu’ils peuvent contrôler en chemin. Rappelons ce que SMART signifie vraiment.

S signifie Spécifique. “Je veux avoir paraître mieux et être plus en forme” n’est pas spécifique. C’est très vague. “Je veux être capable de rentrer de nouveau dans ce jean que je portais régulièrement il y a 5 ans” est mieux. “Je veux peser moins de 70kg, en ayant un tour de taille de moins de 88 cm, et conserver ma force durement acquise” est encore plus spécifique. Pour quelqu’un qui veut paraître mieux (la raison pour laquelle la plupart des gens joignent une gym en Janvier), je pense qu’un objectif de tour de taille est plus pertinent qu’un poids cible.

M signifie Mesurable. Entre dans son jean est spécifique, mais la mesure est binaire : on rentre, ou pas. Un tour de taille peut être mesuré, et ainsi les progrès et tendances suivis.

A est souvent mal interprété. Il signifie Achievable, c’est à dire réalisable. Réalisable ne signifie pas que ce n’est pas ambitieux, cela signifie que nous avons les moyens du succès. Vous voulez perdre 10 cm de tour de taille. Avez-vous le outils pour ça ? Un accès à l’équipement ? Du temps alloué ? Un plan? Si oui, alors c’est réalisable. Vous voulez perdre 50 cm? Même question, et même réponse. Est-ce possible ? Il s’agit là d’une autre question, et elle n’est pas pertinente pour le moment.

R est Réaliste. Non, ce n’est pas redondant. Réaliste ne signifie pas que cela peut être réalisé. Cela signifie que c’est connecté avec la réalité. Un mot alternatif pourrait être Relevant (pertinent). Votre objectif est-il en relation avec votre but ? Votre but (qualitatif) est de paraitre mieux. Votre objectif est de perdre 10 cm de tour de taille. Est-ce qu’atteindre votre objectif vous rapproche de votre but ? Oui. Donc il est réaliste. Un autre objectif pourrait être de lire un livre par semaine. Cela contribue-t-il à nous rapprocher de notre but ?  Pas directement. Ce n’est pas réaliste.

T est pour Temporel. L’objectif doit être précisé dans le temps. Si vous devez perdre 10 cm en 4 mois et pensez pouvoir avoir un e rpogression régulière, alors cela représente 2,5 cm par mois, ou environ un demi-centimètre par semaine. Il est ainsi facile de construire des objectifs intermédiaires.

Sans objectifs SMART, la plupart des gens vont échouer. Après un mois et pas de mesures SMART, ils ne savent pas si l’effort en vaut la peine, ils n’ont pas de moyens objectifs de vérifier leurs progrès, donc l’esprit abandonne. Ils ratent une session, puis deux, et finalement ne reviennent jamais.

Avoir des objectifs SMART est nécessaire, mais pas suffisant. C’est une approche rationnelle, mais nous sommes des êtres émotionnels. Nous en reparlerons dans la partie 2.

 

Cliquer ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 commentaires

Répondre :