La force et la souplesse vont de pair - Strong mobility

La force et la souplesse vont de pair

Beaucoup de gens qui s’entraînent pour développer leur force évitent volontairement tout travail sur la souplesse, pensant que cela va compromettre leur force. Je me souviens d’un pratiquant de Taekwondo qui refusait de seulement commencer à travailler sur son grand écart, car il pensait que cela réduirait la puissance de ses coups de pied. Mais si vous êtes un combattant, pouvez squatter le double de votre poids, mais manquez de la souplesse pour lancer un coup de pied correct, comment avoir de la puissance ? A quoi vous sert toute cette force durement acquise ?

D’un autre coté, nous trouvons aussi des gens capables de se mettre dans des positions incroyables, mieux que le plus persistent des yogis, mais qui sont incapables de soulever leur valise pour la mettre dans le compartiment à bagage de l’avion. Ils ont favorisé la souplesse au détriment d’autres qualités physiques.

Nombreux sont ceux qui opposent force et souplesse. Si nous avons à choisir entre être fort ou souple, nous choisissons les deux. C’est l’approche Flexible steel.

Etre plus souple va en réalité favoriser votre force. Il y a plusieurs raisons. Voyons en une ici.

La force, c’est la tension. Plus vous êtes capables de tendre vos muscles, plus vous êtes forts. Un bon moyen de s’en rendre compte est de développer une barre olympique au dessus de sa tête, debout (military press). Souvent, les élèves, après avoir fortement serré leurs fessiers et leurs abdominaux, me disent que la barre semblait légère. Dès qu’ils perdent le focus, ils oublient de serrer autant qu’ils ne devraient et le poids de la barre se fait sentir. Augmenter la tension et rester resserré les rend forts. C’est une compétence qui s’apprend.

A l’opposé, la souplesse, c’est la relaxation. Pour augmenter l’amplitude de mouvement dans une position spécifique, nous devons allonger les muscles. Soyons clairs : nous n’étirons pas les muscles ! Ils sont déjà suffisamment longs. Ce qui empêche de les allonger est une mesure sur-protectrice de notre système nerveux. Le cerveau sent que nous allons vers une position inhabituelle, donc il transmet aux muscles de l’éviter, juste au cas où. Les muscles se tendent pour nous empêcher d’aller plus loin. Pour être plus souple, nous devons apprendre à notre système nerveux que la position est sure, afin que les muscles ne se contractent pas. Nous apprenons à relaxer les muscles. C’est une compétence qui s’apprend.

La force, c’est la tension. La souplesse, c’est la relaxation. Il s’agit là de compétence qui doivent être apprises et améliorées avec la pratique.

Tension et relaxation sont deux faces de la même pièce. Une cellule musculaire est soit contractée, soit relâchée. C’est binaire, il n’y a pas de milieu. La force et la souplesse utilisent la même voie. Dans un cas, le message à la cellule est de se contracter. Dans l’autre, le message est de ne pas se contracter. Ce qui autorise la variation subtile entre tension et relaxation est le nombre de cellules qui se contractent ou pas.

Le point important est que force et souplesse sont toutes deux des compétences, et finalement, la même compétence. La maîtrise de la compétence tension/relaxation est le point commun sous-jacent entre les deux.

Devenir plus souple, à condition d’utiliser la bonne méthode, vous rendra plus fort.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: